Trini (Sherbrooke) en premiéere partie


Zal Cissoko (Sénégal)

Le spectacle Bantü Salsa est un heureux mélange de salsa africaine aux allures groove et jazz. Les rythmes latins au piano se mêlent à la poésie de la kora, instrument millénaire d'Afrique de l'Ouest venant d'une tradition de griot. Tout ceci est soutenu par trois cuivres délicatement orchestrés, ainsi que deux sets de percussions au-delà desquels émerge la voix de Just Wôan avec son incroyable capacité à aller dans les aigües autant que les graves et doté d’une incroyables aisance vocale dont lui seul détient le secret. Leur premier album rend hommage à l’histoire commune entre l’Afrique et l’Amérique latine et propose une musique métissée qui mélange à la perfection les rythmes et les instruments de ces deux continents. ​ Bantü Salsa fait voyager les spectateurs dans l’histoire profonde de la salsa, et donne immédiatement l’envie d’effectuer quelques pas de danses pour célébrer cette rencontre musicale. Le collectif puise son inspiration dans la découverte de nouveaux univers musicaux, avec des musiciens aux influences diverses venus entre autres du Cameroun, du Mali et du Mexique. Bien que les mélodies se veulent festives, les thématiques abordées sont sérieuses et les chansons nous rappellent que plus de 400 ans après la traite négrière qui amena des millions d'esclaves africains en Amérique, l'esclavage moderne persiste encore aujourd’hui sous plusieurs formes


Admission gratuit sur réservation seulement 

Nombre de place limité


Bon mini festival.


Zal Idrissa Sissokho n'a pas que le nom, il a le bagage et cette incroyable faculté d'improvisation. Zal joue de la kora et chante en malinké et en wolof des mélodies inspirées ou empruntées aux traditions de l'Afrique de l'Ouest. ​ Arrivé à Montréal en 1999 et boursier des Conseils des arts du Canada et du Québec à plusieurs reprises depuis 2001, Zal Idrissa Sissokho a vite pris sa place dans le paysage sonore montréalais. Il joue en solo et avec de nombreux artistes et formations tels Les frères Diouf, Celso Machado, Constantinople, Fakhass Sico, Lilison di Kinara, Richard Séguin, Takadja et Muna Mingole. Il a contribué aux albums de Corneille, IKS, Hart Rouge, Monica Freire, Lousnak, Sara Rénélik, Les frères Diouf et Musa Dieng Kala. ​ Zal Idrissa Sissokho a aussi participé au spectacle « Ô » du Cirque du Soleil à Las Vegas et à la musique du film « Un dimanche à Kigali » de Robert Favreau. De plus, Zal fut choisi avec 12 autres musiciens, pour le documentaire « La symphonie du nouveau monde » de Luc Boivin, diffusée sur les ondes d’ARTV et de Radio-Canada et invité à l’émission Belle et Bum en 2009 et 2011. ​ En 2013, Zal a pris part au tournage et à la musique du film l’Autre Maison (Max Film) de Mathieu Roy, assurant l’ouverture officielle du Festival des Films du Monde de Montréal.

www.zalcissoko.ca

Admission $25 sur réservation seulement

Nombre de place limité 

Funk Fratelli (Sherbrooke)

Bantü Salsa (Afrique/Europe/Amérique )latine)

samedi  26 septembre

21 h à la petite boite noire 

58 rue Meadow, Sherbrooke


Jeudi 24 septembre

21 h à la petite boite noire 

58 rue Meadow, Sherbrooke


Ce quatuor est composé d’excellents musiciens expérimentés de la région de l’Estrie. Nino Fabi (claviers), Jonathan-Guillaume Boudreau (basse), JeanFrançois Bégin (batterie), Philippe Dussault (guitare) accompagnent diverses artistes sur la scène musicale québécoise depuis de nombreuses années. Cette nouvelle formation s’inspire de groupe dans la tradition funk des année 60 à aujourd’hui tel que James Brown, The Meters, The Funk Brothers, Herbie Hancock and the Headhunters et Medeski Martin and Wood. Ce groupe instrumental donne autant dans la reprise de classique du genre que dans la composition. Avec Funk Fratelli le plaisir et le groove sont toujours au rendez-vous! ​

​Festival des rythmes d'Afrique de Sherbrooke

vendredi 25 septembre

21 h à la petite boite noire 

58 rue Meadow, Sherbrooke


Multi-instrumentiste et bête de scène connue pour son énergie électrique et ses improvisations. Trini présente en solo un spectacle alliant standard et composition.
Joël Savard, alias Trini, est fondateur de la formation Triniland. D’un père originaire de Trinidad, d’une mère québécoise, il y a du bleu antillais à perte de vue et des pinacles appalachiens dans ses créations.
Le sourire en ruine-babine, il vous délivre le Blues et le Reggae comme d’autres disent bonjour : l’esprit plein d’ouverture..

Admission $20 sur réservation seulement

Nombre de place limité